Etude “Travailler après. Chapitre I” : 6ème thématique émergente

Une attente renforcée d’outils fluides, fiables, partageables par tous

La dépendance aux outils, accrue pendant cette période, a pénalisé les entreprises ou équipes aux outils moins performants et a amplifié des points de douleur qui préexistaient à la crise. Le sujet des outils et applications a été abordé par 12,2% des répondants.

À distance, la défaillance des outils s’est avérée encore plus frustrante et énergivore. Les attentes de fluidité et de fiabilité sont celles des outils du marché, devenus les standards de qualité attendus (WhatsApp, Zoom…). Les collaborateurs attendent aussi des outils compatibles, partageables avec les acteurs de l’écosystème de l’entreprise (clients, prestataires…). Les outils internes ont souvent été à la peine. Dans ce contexte, les équipes de support informatique qui ont pu efficacement et rapidement dépanner ou équiper les collaborateurs ont été accueillies en sauveurs (grande intensité d’enchantement, signe de la frustration de cette dépendance).

Les collaborateurs ont décrit une véritable accélération digitale opérée lors des semaines de confinement, jugée bénéfique pour l’entreprise, avec la satisfaction d’avoir personnellement développé des compétences.

“L’adaptation a vite été faite grâce à Skype et au partage d’écran ainsi que des collègues très à l’écoute.”

“L’accès à l’outils de travail Zoom : une réelle rupture par rapport aux outils “maison”: à conserver.”

Obsolescence de nos outils vs Zoom, vs Klaxoon.”

“Les outils de travail collaboratif ne sont pas au niveau d’une entreprise de notre type en 2020. C’était un problème avant le confinement, mais on “faisait avec”, le confinement a révélé notre retard criant.”

1 Comments

  1. Pingback: Grande Enquête 2020 : Travailler après. Chapitre I | KPAM

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...